Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 19:13

Le 13 février 2011,


Pour que la révolution puisse arriver à bon port, il faut voir comment réduire la capacité de nuisance des sept pouvoirs illégitimes suivants et participer à les écarter :


1/ le pouvoir exécutif 

2/ le pouvoir législatif

3/ le pouvoir judiciaire


4/ le pouvoir des journalistes malhonnêtes au service de médias douteux

5/ le pouvoir (officieux aujourd’hui, mais réel) des cadres actifs du RCD

6/ les nouveaux riches, capitalistes sans capitaux, devenus riches par un système mafieux qui a débuté avec le gouvernement de Hédi Nouira

7/ le pouvoir invisible mais réel de certaines puissances étrangères.


Les trois premiers pouvoirs sont tout simplement illégitimes, en raison de l'absence d'élections libres et honnêtes depuis l'indépendance à ce jour.


Les anciennes créatures de  Bourguiba devraient plutôt se taire et faire leur mea-culpa au lieu de donner des conseils et de falsifier l'histoire.


Depuis que j'ai écrit cet article,ces trois premiers pouvoirs sont devenus légitimes au lendemain du 23/10/2011.


Le quatrième pouvoir, celui des médias : l'étatique est aussi illégitime que les gouvernements, et le privé, permis seulement à ceux qui faisaient allégeance totale et de façon obséquieuse aux gouvernants illégitimes; ces journalistes trop impliqués devraient, pour certains, se reconvertir dans la comédie et pour les autres, consulter des psychiatres pour dédoublement de personnalité.


Le cinquième pouvoir, officieux aujourd'hui, mais toujours présent et criminellement actif :on attend toujours, de la part du ministère de la Justice, la prononciation d'actes d'accusation de complot contre l'état et des crimes commis sur ordre des cadres actifs du RCD.


Le sixième pouvoir, celui des détenteurs de capitaux et de biens mal acquis, qui financent, encore aujourd'hui,  les hordes de criminels et hors la loi encadrés et sous les ordres des dirigeants du RCD.

 

Ces capitalistes, qui étaient cadres salariés et sans aucun capital, avant la gouvernance de Hédi Nouira, devenus multimilliardaires, contrôlant l'hôtellerie et la pseudo industrie: ceux-là ne sont ni des capitaines d'industrie, ni d'entrepreneurs méritants, mais des mafieux qui ont reçu en cadeau les terrains d'autrui pour le dinar symbolique à travers l'AFH et L'AFT .

 

L'état Tunisien s'est endetté en milliards de dollars (un dollar valait à peu près 400 millimes alors qu'il vaut aujourd'hui environ un Dinar et 400 millimes) pour distribuer ces sommes sous forme de crédits à long terme et sans garanties à des taux bonifiés à ces mafieux qui rétrocédaient en sous-main des commissions aux ministres et aux commis de l'état, qui étaient leurs complices.

(la différence de taux d'intérêts et de taux de change-différence de valeur du dollar d'hier et d'aujourd'hui- sont restés à la charge du contribuable tunisien)


Ainsi, les heureux promoteurs ''élus'' cooptés sont devenus milliardaires sans avoir un dinar de capital;ceci sans compter les fonds de commerce de l'état, qu'ils ont détourné à leur profit pour avoir été cadres dans les sociétés étatiques.

  1. Et aujourd'hui,dans l'hôtellerie et l'industrie de"tournevis",leurs sociétés sont déficitaires et en quasi-faillite et doivent aux banques des montants colossaux sous forme de crédits non remboursés alors qu'ils demeurent milliardaires à titre personnel.

 

                                     -Cherchez l'erreur-


Ce système a été calqué sur celui de la Mafia, qui ramasse par ses entreprises, tous les subsides de l'état, théoriquement accessibles à tous les citoyens, mais réellement servis  à leurs ''élus''.


Le septième pouvoir est celui de certaines puissances étrangères, qui emploient et entretiennent des taupes à des postes stratégiques du pouvoir; Ben Ali en était le parfait exemple.

 

Malheureusement, Ben Ali n'était pas le seul, il y a plusieurs agents soit, actifs ou dormants, comme le révèle Wikileaks (voir l'article : Washington face à la colère du peuple Tunisien, sur le site http://www.voltairenet.org/article168223)

 

Comment faire face à ces pouvoirs et réduire leur capacité de nuisance,voir les écarter ??

 

C'est en créant une force composée de citoyens de bonne volonté et unis.


Que ceux qui, d'entre vous, veulent défendre les acquis de la Révolution, ses valeurs, se réunissent pour voir comment créer un collectif de défense des acquis de la révolution et de la république.

 

Il ne s'agit en aucun cas de prémisses de création d'un parti politique, mais d'une démarche citoyenne, gardienne des valeurs de la révolution et gendarme de toute irrégularité de quelle nature qu'elle soit : c'est dans l'unité et l'action et non dans la division que nous pourrons sauvegarder cette liberté chèrement payée par nos martyrs et tous nos jeunes valeureux.

 

Et c'est maintenant qu'il faut agir, autrement cela pourrait être trop tard.

 

Ne prenons pas le risque d'être bâillonnés à nouveau et de voir cette Révolution confisquée.

  


Chiheb-eddine Ennaifer/13 février 2011

 

Partager cet article

Repost0

commentaires