Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 12:53

Ces tactiques politiciennes du moment doivent cesser : aucune future loi contraire au droit musulman et à sa jurisprudence Sunnite-malékite ne peut et ne doit être promulguée et ceci ne peut et ne doit faire l'objet d'aucun marchandage et doit être précisé, sans ambiguité aucune, dans le texte définitif de notre future constitution.


Il n'échappe à personne que le parti Ennahdha a été élu avec un pourcentage confortable en raison de sa référence essentielle qu'est l'Islam - et si ce n'était le mode douteux et malhonnête du scrutin utilisé-  ce dernier aurait été largement majoritaire à l'AC.


Donc , adviendra ce qu'il adviendra, Ennahdha a le devoir et l'obligation de respecter ses électeurs et de ne surtout pas les trahir, en imposant contre vents et marées un article constitutionnel précisant que seul le droit musulman, s'appuyant sur la jurisprudence sunnite-malékite de nos oulémas et telle qu'elle avait été appliquée par nos magistrats, lequel article doit obligatoirement être retenu dans notre future constitution.


Et si au vote à l'Assemblée constituante, les députés d'Ennahdha ne parvenaient pas à obtenir la majorité, il y a lieu dans ce cas de consulter le peuple par referendum, car chercher un consensus avec une minorité d'élus qui veut appliquer des agendas étrangers consisterait à désavouer le peuple musulman Tunisien, à pactiser avec le diable et tourner le dos aux textes coraniques clairs et précis à ce sujet.


Déjà, le Csp autorisant l'adoption,contredit un texte Coranique clair et sans ambiguïté.


Ensuite, pourquoi renoncer à défendre les droits des enfants naturels nés d'adultère et de leurs mères dites"célibataires", alors que les lois de Bourguiba sont muettes à ce sujet,en interdisant la polygamie -qui est un péché en soi- mais qui offre le grand avantage de réparer les conséquences du pêché commis et d'éviter l'augmentation des enfants dits"naturels" ou "Malaquits"


Les textes Coraniques ne consistent pas encourager la multiplication des épouses mais permettent d'apporter une solution, la moins mauvaise d'entre toutes, pour réparer un acte fautif à conséquences néfastes, afin de résoudre des problèmes réels vécus au sein de notre société, comme celui cité précédemment ou dans le cas d'infirmité de l'épouse et d'autres cas spécifiques.


Statistiquement quand la polygamie était autorisée,elle représentait moins de 1% de la population et ce pourcentage est le même aujourd'hui dans d'autres pays musulmans comme l'Algérie où la polygamie est permise.


Et enfin "l'innovation"du Csp rendant le divorce possible uniquement et obligatoirement par l'intermédiaire des tribunaux a été une vraie catastrophe sociale: un bilan sérieux le démontrerait aisément, chiffres et dégâts moraux et financiers à l'appui, et ce ne sont pas les magistrats et les avocats, acteurs et témoins privilégiés, qui vous diront le contraire.


Ce scélérat Csp, dont certains articles sont contraires au Coran et à la Sunna et que  beaucoup de personnes de bonne ou de mauvaise foi et tous les partis politiques, en parlent comme d'un code conforme à l'Islam et défendant les droits de la femme, ce qui est complètement faux car il ne résisterait pas à un examen détaillé et critique.


Les sionistes avaient considéré,à juste titre, que la priorité des priorités consistait à s'attaquer à la famille, dont la femme est le pivot central, pour pouvoir affaiblir et dominer les nations.

Partager cet article

Repost0

commentaires