Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 11:42

Je réédite ci-dessous mon article diffusé le 19/1/2011 au sujet du gouvernement "post-révolutionnaire",dirigé alors par Mohamed Ghannouchi,pour nous permettre de faire un flash-back instructif,permettant de mieux comprendre la stratégie de ceux qui tiraient les ficelles dès le début de la révolution afin de la récupérer à leur profit au détriment du peuple Tunisien.

 

Force est de constater que l'objectif de cette stratégie est resté le même,aussi bien pour les gouvernements de Mohamed Ghannouchi que celui de Béji Caied Essebsi et de certains  élus de l'opposition actuelle.


Seule la tactique avait changé,par le remplacement de certains pions par d'autres.

 

Et dès le début de la révolution,la majorité des Tunisiens se sont dressés par des manifestations décisives et un vote sans équivoque,déjouant ainsi les plans de ceux qui tiraient les ficelles et en mettant hors-jeu leurs pions.

 

L'analyse des événements,après un an de recul,lève le voile sur la vraie nature et les intentions réelles de plusieurs personnages,dits"activistes politiques","activistes spécialistes du droit en général,du droit constitutionnel,des droits de l'homme",etc...",de certains journalistes,de certains syndicalistes,de présidents d'associations civiles et professionnelles et d'hommes politiques,sans oublier certains juges et certains auxiliaires de la justice.

 

Bref,toute l'année 2011 a été une bénédiction de Dieu car elle a permis au peuple Tunisien,de tirer les conclusions d'un test grandeur nature.

________________________________________________________________________________________________

     Article du 19/1/2011 : Formation du nouveau gouvernement tunisien

 

 

Consternant : l’ex-premier ministre de Ben Ali et le nouveau premier ministre post-révolution ne sont qu'un seul et même homme : Mohamed Ghannouchi. Idem pour les postes clés et cerise sur le gâteau : l’ex-président de l’Assemblée Nationale de Ben Ali devient Président de la République par intérim !


Comment peut-on se permettre  ainsi d’offenser le peuple tunisien et faire fi de sa Révolution ?


 

Le dictateur déchu, lors de sa dernière apparition, avait déclaré avoir compris le peuple, n’a-t-il pas compris que le peuple ne voulait plus de lui ?

 

 

    Depuis l’annonce de la composition du nouveau gouvernement, de grandes manifestations ont eu lieu à Tunis et dans plusieurs villes de Tunisie, exprimant clairement le rejet du nouveau gouvernement, du parti RCD et de l’appareil de Ben Ali ; ceux-là n’ont-ils pas compris ou feignent-ils de ne pas comprendre que le peuple ne veut plus jamais d’eux ?


-          Faut-il que le sang coule à nouveau pour qu'ils soient entendus ?


-          Faut-il que le peuple paie un autre lourd tribut pour qu'il dégagent ?


Oui, messieurs, dégagez immédiatement, donnez votre démission afin de garder un minimum de dignité ; ainsi, vous éviteriez l’inévitable et l’irréparable qui serait lourd de conséquences néfastes et très graves pour le pays par votre obstination, vous seriez coupables devant Dieu et le peuple, et seriez maudits à jamais. Rendez-vous compte que vous êtes tous illégitimes comme l’a été votre chef dictateur. 

 

Oui, le gouvernement est illégitime, le parti RCD est illégitime, les membres de toutes les assemblées sont illégitimes et la constitution est illégitime.


Vous vous êtes maintenus en semant la terreur, bien pire que celle des terroristes, pratiqué la torture, l’injustice et pillé le peuple, et j’en oublie. Vous êtes plus indignes que les nazis, que Dieu vous pardonne, mais dégagez !


Maintenant, la solution consiste à désigner parmi l’élite non corrompue, honnête et compétente – la Tunisie en regorge – des personnes qui se chargeront immédiatement d’assurer la continuité de l'état pour une période pendant laquelle une nouvelle Constitution sera écrite, et des élections législatives et présidentielles organisées.


Il est préférable et recommandable que les personnes chargées de la transition n’aient pas été membres des partis reconnus ou non reconnus. Il est à préciser que la majorité du peuple tunisien le sait, la majorité des partis reconnus ont été fabriqués par le pouvoir pour servir de décor démocratique. Lors d’élections libres, le peuple choisira entre tous les prétendants avec ou sans étiquette de partis.


 

La propagande qui tente d’accréditer l’idée de vide politique en l’absence des gouvernants actuels et leur parti est un mensonge. Encore une injure à l’encontre du peuple tunisien ! Au contraire, l'Etat débarrassé des corrompus et leurs complices ne peut que mieux se porter ; ceci est une évidence.

 

 

L’armée, en refusant d’obtempérer à l’ancien dictateur, a évité un bain de sang en protégeant la population, elle a montré qu’elle est patriote et digne de confiance. A elle maintenant de permettre et de garantir la transition démocratique réclamée par son peuple. A elle d’arrêter, à titre préventif, toutes les figures connues du régime précédent, pour qu’après cette période transitoire, la justice statue sur leur sort.

 


Que Dieu guide les dirigeants de l’armée vers la bonne voie, et que Dieu préserve le peuple tunisien.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires