Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 19:52

Que doit faire Ahmadinejad pour recevoir le prix Nobel ?
Grégoire Lalieu, Michel Collon

29 septembre 2009

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

SERIE « COMPRENDRE LE MONDE MUSULMAN » : L’IRAN INTERVIEW DE MOHAMED HASSAN PAR MICHEL COLLON ET GREGOIRE LALIEU La menace iranienne gronde-t-elle aux portes de l’Occident ? Les élections étaient-elles truquées ? Quels en étaient les véritables enjeux ? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils soutenu le mouvement d’opposition ? Pour notre dossier “Comprendre le monde musulman”, Mohamed Hassan répond à ces questions. Le spécialiste éclaire les différentes forces qui s’affrontent en Iran, pourquoi Ahmadinejad fait si souvent la une des journaux et comment la république islamique pèsera sur l’avenir de l’empire US, affaibli.

 

Les médias nous disent que l’Iran est une grande menace. A preuve les déclarations d’Ahmadinejad sur Israël et son programme nucléaire. L’Iran est-il réellement un pays dangereux ?

 

Tout d’abord, vous devez savoir que ce fameux programme nucléaire a débuté à l’époque du régime précédent, celui du Shah. Avec le soutien des Etats-Unis ! De plus, une campagne est menée par les opposants d’Ahmadinejad à l’intérieur et à l’extérieur du pays, prétendant que l’Iran veut entrer en guerre avec Israël. C’est faux. L’Iran ne veut entrer en confrontation avec personne. Il veut juste affirmer sa souveraineté nationale. L’enjeu nucléaire doit être abordé sous cet angle. Pour le peuple iranien, c’est une question de droit à l’auto-détermination. 

Mais Israël se dit menacé. Car Ahmadinejad nie l’Holocauste, non ?

Non. Il a reconnu que l’Holocauste était un événement terrible mais il a surtout souligné le fait que les personnes qui ont commis ce génocide n’en ont pas payé le prix alors que les Palestiniens l’ont fait. Durant la Première Guerre mondiale, l’Allemagne a attaqué ses voisins et en a payé le prix. Par exemple, la Belgique a été dédommagée par l’Allemagne.

Quelle est la vraie position d’Ahmadinejad ? Il dit que pour établir quelles sont les personnes responsables de l’Holocauste et les faire payer, nous devons étudier cet événement tragique et rendre ce débat public. Cet élément essentiel est caché par la campagne anti-Ahmadinejad : certaines personnes lui posent des questions et puis sortent ses réponses de leur contexte. De plus, la question de la responsabilité dans l’Holocauste est devenue un tabou. Toute cette propagande contre Ahmadinejad vise à déstabiliser l’Iran.

Pourquoi ?

Noam Chomsky a expliqué dans son livre The Fateful Triangle comment Israël, à l’époque du Shah, voulait construire une alliance avec l’Iran, la Turquie et l’Ethiopie pour briser le nationalisme arabe dans la région. Aujourd’hui, Israël voudrait que l’Iran soit dirigé par un gouvernement complaisant. L’objectif immédiat de la campagne contre Ahmadinejad, c’est de faire cesser les relations entre l’Iran d’un côté, et le Hezbollah et le Hamas de l’autre. Cela consoliderait la position d’Israël sur deux points. D’abord, les pays pro-occidentaux de la région en bons termes avec Israël (comme l’Egypte ou la Jordanie) seraient renforcés. Ensuite, en Palestine, la position d’Abbas serait confortée et les éléments qui veulent résister à Israël seraient affaiblis. Voilà les raisons de la campagne israélienne contre Ahmadinejad.

La question palestinienne et le programme nucléaire n’ont-ils pas servi de prétextes électoraux à Ahmadinejad pour rallier la population autour de sentiments nationalistes ?

C’est ce qu’ont aussi prétendu certains opposants d’Ahmadinejad durant la campagne. Bien sûr, le peuple iranien, qui a connu les privations avec le Shah, a de la solidarité pour les Palestiniens. Mais ça ne pouvait être un élément crucial pour déterminer le résultat des élections : ce n’est pas la Palestine qui va donner du travail et à manger aux Iraniens. En fait, la vision politique d’Ahmadinejad porte sur l’Etat : pour lui, il doit tout contrôler. C’est pour cela qu’il a été élu par les travailleurs, les paysans et les ouvriers des villes : ces personnes bénéficient de l’intervention de l’Etat et de sa politique économique. Par contre, les réformistes comme Moussavi (qui était soutenu par l’Occident) ne sont pas d’accord avec cette vision.

Quelle est leur position ?

Ces réformistes proviennent de ce qu’on appelle la « bourgeoisie du Bazar », une bourgeoisie qui existe depuis très longtemps dans les pays islamiques. Elle est composée des producteurs artisans associés à la paysannerie. A l’époque du Shah, la bourgeoisie du Bazar n’était pas si importante. Car le pays était dominé par la bourgeoisie compradore, qui utilisait l’appareil d’Etat et les finances du gouvernement pour commercer avec les pays impérialistes à travers l’import-export. Les compradores ne produisaient rien, ils ne faisaient que vendre des produits. C’est pourquoi l’économie iranienne était très dépendante des forces étrangères.

A cette époque, la bourgeoisie du Bazar n’était pas soutenue par les compradores, si bien qu’elle manquait de capitaux et de technologies. C’est pourquoi elle a soutenu Khomeiny durant la révolution islamique de 1979. Le système économique iranien fut ainsi transformé et avec le développement de la bourgeoisie du Bazar au détriment de celle des compradores, le pays passa d’un statut néocolonial à un modèle indépendant.

Les gens issus de la bourgeoisie du Bazar virent dans la révolution une opportunité d’utiliser le capital de l’Etat pour se faire beaucoup d’argent. Et aujourd’hui, certains d’entre eux sont milliardaires ! Les réformistes tels Moussavi, Rafsandjani ou Khatami proviennent de ce groupe. On les appelle « réformistes » non parce qu’ils ont des idées progressistes mais parce qu’ils veulent changer le système économique actuel, avec moins d’intervention de l’Etat et plus de privatisations. Cela permettrait à certains d’entre eux de devenir encore plus riches, l’Iran représentant un énorme marché. Tel était l’enjeu principal des dernières élections et comme je l’ai dit, la plupart des Iraniens, qui bénéficient de l’intervention de l’Etat, ont choisi Ahmadinejad au lieu du « réformiste » Moussavi.

Selon vous, ces élections n’ont pas été manipulées ?

Bien sûr que non. L’idée qu’elles ont été truquées vient de la propagande menée pour marginaliser Ahmadinejad et placer en Iran un gouvernement pro-occidental. Il suffit d’analyser certains éléments pour voir que cette idée de fraude n’est pas sérieuse. Tout d’abord, la Fondation Rockefeller a financé une ONG pour réaliser un sondage d’opinion deux semaines avant les élections : Ahmadinejad était donné vainqueur à trois contre un. Deuxièmement, nos médias n’ont jamais montré les débats qui ont été organisés durant la campagne en Iran : n’importe qui aurait pu voir qu’il s’agissait de débats très ouverts et aurait pu mieux comprendre pourquoi Ahmadinejad a été élu par les travailleurs. Troisièmement, nous pourrions demander : qui sont ceux qui prétendent qu’il y a eu une fraude en Iran ? Pourquoi les Etats-Unis ne s’intéressent-ils pas à la démocratie dans les Emirats ? Pourquoi n’y a-t-il pas de campagne contre l’Afghanistan où les élections ont été manifestement truquées ? Etc.

Pour répondre à ces questions, nous devons comprendre que selon les intérêts impérialistes, des certificats sont donnés pour définir où sont les bonnes élections et où sont les mauvaises. Enfin, le peuple iranien a vu ce que les forces impérialistes ont fait en Irak, en Afghanistan et au Pakistan. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les Iraniens ont choisi Ahmadinejad, qui construit une alliance anti-impérialiste avec des pays comme la Chine ou la Russie. Par contre, les réformistes, dits plus « pragmatiques », sont en fait prêts à établir de bonnes relations avec les pays impérialistes pour commercer avec eux.

Hillary Clinton a récemment avoué que les Etats-Unis avaient encouragé le mouvement d’opposition iranien après les élections. Mais ce n’était pas la première fois que Washington intervenait dans la politique de l’Iran, n’est-ce pas ?

En 1953, en effet, la CIA a renversé le premier ministre iranien Mossadegh. Il avait été élu pour ses idées nationalistes et progressistes. En 1951, il nationalisa l’industrie pétrolière, ce qui provoqua la colère des intérêts anglo-saxons dans la région. Une opération orchestrée par la CIA le remplaça par Mohammad Reza Pahlavi, le Shah, qui défendra les intérêts impérialistes dans la région pour un long moment.

Pour les Etats-Unis, il était très important d’avoir un allié en Iran. Car le Golfe avait été longtemps dominé par l’Empire britannique. Mais après les années soixante, ce dernier déclina et les Britanniques n’eurent plus les moyens de financer leurs positions stratégiques dans cette région. Alors qu’ils quittaient le Golfe, les Etats-Unis craignirent que l’influence des Soviétiques et que le nationalisme arabe en profitent pour se renforcer. C’est pourquoi Washington utilisa le Shah pour jouer le gendarme dans la région et défendre ses intérêts. Le Shah profita de l’argent du pétrole pour construire une énorme puissance militaire et un service de renseignements solide et impitoyable : la Savak. A ce moment, deux forces s’affrontaient dans la région : les révolutionnaires, qui acquéraient de plus en plus de légitimité auprès des masses, comme le gouvernement de Nasser ou la révolution républicaine au Yémen ; de l’autre côté, les pro-impérialistes comme le régime saoudien wahhabite, le gouvernement du Koweït ou la Jordanie. La dictature militaire établie par le Shah avec l’aide des Etats-Unis contribua sérieusement à la victoire des forces pro-impérialistes.

 

Quelle était la situation en Iran sous la dictature du Shah ?

Le peuple iranien souffrit beaucoup de ce régime. Comme je l’ai dit, le pays était dominé par la bourgeoisie compradore, menée par des royalistes féodaux et un régime militariste, dans un Etat semi-colonial sans la moindre vision de construire une industrie nationale. La bourgeoisie nationale pour sa part était très faible et la majorité de la population était composée par la paysannerie, la petite bourgeoisie et le petit prolétariat. Les différences sociales étaient énormes. Certains étaient encore plus riches que tout ce que vous pourriez voir à Beverly Hills ; par contre, beaucoup d’Iraniens n’avaient jamais vu la couleur d’une chaussure. C’est pour cela que la grande majorité du peuple iranien soutint la révolution islamique de 1979 qui renversa le Shah. Les enjeux des diverses classes sociales, voilà en fait l’unique moyen de comprendre l’Iran avant et après la révolution.

Comment la révolution s’est-elle produite ? Comment l’Iran a-t-il été transformé ?

Bien sûr, à cause des énormes différences entre les classes sociales, des partis et des associations voulaient changer de régime. Le plus important de ces partis a longtemps été le parti communiste « Toudeh ». Le Shah les a vigoureusement combattus, mais sa plus grande erreur a probablement été de laisser se développer l'Organisation des Moudjahiddines du Peuple Iranien (OMPI). Celle-ci s’inspirait de la théologie de la libération (en Amérique latine), combinant une analyse marxiste des classes avec la pensée islamique. Le Shah pensait que si un groupe apportait une nouvelle théorie mélangeant Marx et l’Islam, l’influence de son principal ennemi, le communisme, déclinerait. Mais l’OMPI était en fait bien plus qu’un parti car ces gens avaient une véritable vision, comme les sandinistes au Nicaragua. Ils sont devenus populaires et très forts. Cependant, pour parvenir à renverser le Shah, il leur manquait un leader. C’est pourquoi ils voulurent se servir de Khomeiny (qui était alors exilé en France), car c’était un leader religieux charismatique et anti-impérialiste. Mais Khomeiny avait sa propre vision. Si bien que lorsque le Shah fut renversé, Khomeiny affirma aussitôt son idéologie et prit le pouvoir. Cela créa des tensions avec les Moudjahiddines du peuple. Les deux camps s’affrontèrent et finalement Khomeiny s’imposa parce qu’il bénéficiait du soutien de la bourgeoisie du Bazar.

 

Quelle était la vision de Khomeiny ?

Pour Khomeiny, c’est aux peuples du tiers monde, oppressés par l’impérialisme, que devait revenir le pouvoir. Il voulait créer un front uni des peuples et soutint par exemple les sandinistes du Nicaragua. De cette façon, l’Iran passa du statut d’Etat néocolonial à celui d’Etat indépendant. La première mesure du gouvernement fut de nationaliser le pétrole tout comme Mossadegh l’avait fait plus tôt. Khomeiny changea également le système politique dictatorial du Shah. Il déclara qu’il fallait un parlement et quelqu’un pour le contrôler sur base de la religion et de l’indépendance nationale : le Guide Suprême.

Etant donné que la candidature aux élections doit être approuvée par le Guide Suprême, le système politique iranien est-il vraiment démocratique ?

La définition de la démocratie est elle-même une grande question. Y a-t-il en Iran une démocratie de type occidental, une démocratie d’Etat bourgeois ? Bien sûr que non. Le Guide Suprême contrôle en effet le système politique iranien mais il serait naïf de croire que les élections des pays occidentaux sont un exemple d’une meilleure démocratie. Les élections par ici se font sur la base de forces qui se trouvent derrière les partis et que l’on ne voit pas directement. L’Iran pour sa part est une république islamique et tous les partis doivent donc se baser sur la religion. Les partis laïques y sont vus comme une invention de l’Occident qui pourrait diviser le peuple et menacer la souveraineté nationale du pays.

C’est précisément cette indépendance iranienne qui frustre les pays impérialistes. Ceux-ci n’ont en réalité aucun problème avec le fait que l’Iran soit un Etat islamique. L’Arabie Saoudite est un Etat islamique où il n’y a même pas d’élections, et les pays impérialistes n’ont aucun problème avec ça car l’Arabie Saoudite est un pays ami. Le vrai problème, c’est que l’Iran a une vision indépendante sur sa souveraineté nationale. Imaginons qu’Ahmadinejad abandonne sa vision d’indépendance nationale et adopte un système où les intérêts impérialistes seraient défendus comme en Arabie Saoudite : il recevrait certainement le Prix Nobel !

 

Brigade Anti-Prolifération :
- Ça suffit, Vanunu* ! Vous voyez pas que nous sommes très occupés ?

- Ça ? Ce sont des saucisses kacher géantes…

*Ingénieur israëlien condamné à 18 ans de prison pour avoir révélé l'existence du programme d'armement nucléaire d'Israël.

“© Khalil Bendib, Droits réservés”

 

Il y a quelques jours, Zbigniew Brzezinski, le conseiller d’Obama, a déclaré que si Israël attaquait l’Iran, les Etats-Unis devraient intercepter ses bombardiers. N’est-ce pas surprenant ?

Brzezinski constate que les Etats-Unis ont été gravement affaiblis sur le plan économique et militaire pour deux raisons. Tout d’abord, les néoconservateurs, quand ils sont arrivés au pouvoir, ont utilisé le 11 septembre comme prétexte pour faire la guerre et ont transformé l’ensemble du monde musulman en ennemi. C’était totalement fou et contre-productif pour les Etats-Unis. De plus, l’invasion de l’Irak était une lourde erreur : elle n’a pas renforcé les Etats-Unis, mais les a plongés dans de sérieux problèmes.

Dans ce contexte, Brzezinski essaie de trouver des solutions tout en gardant à l’esprit que l’objectif le plus important pour son pays est de contenir le développement de son principal rival : la Chine. Une partie de la solution consiste à renforcer l’Otan, car cette institution peut apporter une réponse aux problèmes de l’Occident en général et des Etats-Unis en particulier. C’est d’ailleurs pour cette raison que Brezinski a approuvé la proposition de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la France de tenir une nouvelle conférence internationale sur l’Afghanistan : il est primordial que l’Otan ne connaisse pas une défaite afghane comme en ont connue les Soviétiques car l’Otan est la seule clé qui permettra aux Etats-Unis de jouer un nouveau rôle important dans le monde.

Une autre partie de la solution repose sur de nouveaux partenariats pour construire une alliance plus forte contre la Chine. Dans cette optique, Brzezinski considère que la politique à l’égard de l’Iran en particulier, mais aussi à l’égard des autres pays musulmans et même de la Russie, ne devrait pas être agressive. Elle devrait être basée sur le dialogue et ne pas se retrouver piégée par la propagande sioniste d’Israël.

Voilà qui explique le discours d’Obama au Caire. Les Etats-Unis doivent convaincre les musulmans, les hindous et la bourgeoisie russe qu’ils ont plus d’intérêt à s’allier avec les forces occidentales plutôt qu’avec la Chine. C’est pour cela que Brzezinski a dit que la colère des pays qui avaient été considérés comme des ennemis par l’administration Bush devait maintenant être prise en considération. Ces pays devraient maintenant avoir le droit d’utiliser leurs propres ressources. Les raisons de ce changement politique sont claires : les Etats-Unis doivent empêcher ces pays de construire un autre système mondial pour les garder dans un système dominé par Washington.

Est-ce le signe que les relations entre les Etats-Unis et Israël ne sont plus si bonnes ?

Tout d’abord, ce n’est pas Israël qui fait la politique aux Etats-Unis. C’est la bourgeoisie américaine qui décide. Mais c’est un fait : il existe une profonde division au sein de l’impérialisme US. Vous avez ce premier courant, arriéré, qui persiste à croire qu’ils peuvent continuer sur la voie militaire. Mais ce n’est pas réaliste : le pays va connaître un problème démographique et une confrontation militaire avec la Chine est perdue d’avance. L’autre tendance, où vous trouvez Brzezinski et Obama, sait par contre qu’il faut faire preuve de tactique et se montrer réaliste pour maintenir l’hégémonie US. Ils disent : « Nous devons connaître notre force et nos limites et travailler sur cela. Afin d’être certains que notre force ne soit pas perçue de manière négative mais positive. Notre force doit constituer une garantie pour nos partenaires. »

Les Etats-Unis ont évidemment des liens très forts avec Israël, mais l’enjeu euro-asiatique (le contrôle de l’Eurasie) est le plus important : c’est là que se décidera l’avenir de l’humanité. Brzezinski veut donc contrôler la marmite. Il sait que la température de cette marmite doit être décidée par des cuisiniers très malins, pas par des lunatiques. En effet, si la marmite déborde, ça va brûler tout le monde et les Américains seront boutés hors de la région. Voilà qui explique la déclaration de Brzezinski sur les bombardiers israéliens et le fait que pour la première fois, les Etats-Unis font des concessions et autorisent d’autres forces occidentales à venir dans le Golfe. C’est le cas par exemple de la France avec une base militaire dans les Emirats Arabes Unis. Mais cela témoigne aussi de la faiblesse dans laquelle se trouvent maintenant les Etats-Unis. 


Quelques lectures sur l’Iran, recommandées par Mohamed Hassan

- The Persian Puzzle, par K. Pollack (ancien conseiller de Clinton et analyste de la CIA), Brookings Institution, 2004

- Ervand Abrahamian, Iran Between Two Revolutions, Princeton Studies, 1982

- Ervand Abrahamian, The Iranian Mojahedin, Yale University Press, 1989

- Trita Parsi , Treacherous Alliance : The Secret Dealings of Israel, Iran and the United States, Yale University Press, 2007

- Noam Chomsky, Fateful Triangle : The United States, Israel, and the Palestinians, South End Press, 1983.

- Zbigniew Brzezinski, An agenda for Nato, Foreign Affairs, septembre –octobre 2009

- Michel Collon, Quelle sera, demain la politique internationale des USA ?

Déjà paru dans notre série "Comprendre le monde musulman"

Comment expliquer le succès du Hamas ?

« Gaza est un endroit normal avec des gens normaux »

Crise au Darfour : le sang, la faim et le pétrole

Afghanistan - Pakistan : le trou noir de l'Empire

Que doit faire Ahmadinejad pour recevoir le Prix Nobel ?

Mohamed Hassan répond à vos question sur l'interview Iran

Yémen : Ce n'est pas Al-Quaïda que les USA combattent mais la démocratie

Somalie : Comment les puissances coloniales maintiennent le pays dans le chaos

Tout ce que vous ne devriez pas savoir sur l'Erythrée (1/3)

Tout ce que vous ne devriez pas savoir sur l'Erythrée (2/3)

Tout ce que vous ne devriez pas savoir sur l'Erythrée (3/3)

Océan Indien : ici se joue la grande bataille pour la domination mondiale        

 

Article publié sur overblog www.ennaifer.ch

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 19:02

نقول كفاية للذين يتذرعون بحزب النهضة للهجوم على الإسلام


 

سئمنا من المسميات المستعملة في غير موقعها مثل " إسلاميون " "طائفة" "رجعيون" "متطرفون" الخ و هي أسماء اخترعها الرئيسان بوش الأب و الابن، ثم تداولها و رددها بشكل مبالغ فيه كثير من المسئولين الغربيين و أيضا أعوانهم في بلداننا مثل المخلوع بن على و غيره إلى اليوم، و هم يرمون من وراء ذلك التهجم بطريقة خبيثة و غير مقبولة على الإسلام و تعاليمه

.

 

و بناء عليه فان كل من يواصلون استعمال هذه الأساليب إما أن يكونوا خونة أو أشخاصا تمت مغالطتهم فأصبحوا

يرددون عبارات لا يدركون المغزى منها تضر بمجتمعنا الذي كان وسيبقى في أعماقه مجتمعا مسلما و مؤمنا في أغلبه رغم ما مخططات أعداء هذا الدين

.

 

أما بالنسبة للنهضة (مع الملاحظ أني لست عضوا فيها و أني أشجب قبولها بمجلة الأحوال الشخصية المناقضة للتعاليم الإسلامية) فإنها قبل كل شيء حزب سياسي يتخذ الإسلام منطلقا له حسب تصريحات مؤسسيه و هو حزب محترم و يمتلك شعبية لا شك فيها قاست من الاضطهاد تحت حكم بورقيبة و بن على عندما قامت ضدهما.

لكن هذا لا يعني أن هذا الحزب هو الممثل للإسلام في تونس الشيء الذي ما لا يدعيه الحزب نفسه.( إن تمثيل الإسلام هو من اختصاص علماء الشريعة المقتدرين و المعترف بهم وغير المنتمين سياسيا

 

شهاب الدين النيفر

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 16:01

Que la 'réalpolitik' soit pratiquée par les politiques pour essayer de légitimer des actes répréhensibles et parfois immoraux est une chose,mais nous,société civile,notre devoir est de dénoncer et de corriger les écarts constatés,tant que la liberté de le faire nous est possible.

 

Par conséquent,la question ne se pose pas en terme de conciliation,car ce terme est inapproprié quand il s'agit de principes.


Et étant donné que les principes ne sont  pas négociables,nous n'avons pas d'autre choix que de les défendre,et à fortiori quand il s'agit de ceux qui sont sacrés et les seuls capables de transformer notre nation en une nation non colonisable.


Et,dans notre cas,notre peuple a toujours été asservi,avec la complicité de compatriotes-collaborateurs et conciliants, par des ennemis extérieurs qui n'ont d'autre but que de transformer notre pays en "une usine à sueur": cela s'appelle le néo-colonialisme dont la nouvelle version a été dénommée "Le printemps Arabe".


Aussi,voici notre maxime: ne déformez ni notre Islam,ni ses enseignements et ses lois,afin que notre immunité soit sauvegardée contre les forces du mal,et préservons nous de nos"amis",nos ennemis,on s'en charge.


C'est à ce prix que nous deviendrions indépendants,libres de nos choix et dignes d'un état de droit où régneront l'égalité et la justice.



 

 



Partager cet article

Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 11:36

 

On en a assez des appellations dont on a usé et abusé tel que "islamistes" "sectes" "rétrogrades" "extrémistes" etc..., appellations concoctées par Bush père et fils,relayées et répétées à outrance par beaucoup de responsables occidentaux,ainsi que leurs agents chez nous,tel Ben Ali et d'autres,encore aujourd'hui,ceci dans le but d'attaquer de façon sournoise et intolérable l'islam et ses enseignements;

Aussi, tous ceux qui continuent à colporter ce genre de propos sont, soit des traîtres,ou des gens trompés,et qui répètent involontairement ce qui est nuisible à notre société, qui est,et qui restera profondément musulmane et croyante dans sa large majorité, quoi que fassent les ennemis de notre religion.

S'agissant d'Ennahdha,(tout en précisant que n'en suis pas membre et que je conteste son acceptation du code du statut personnel,contraire au droit musulman),celle-ci est avant tout,un parti politique qui se dit s'inspirer des enseignements de l'islam, et un parti respectable, ayant une base populaire indéniable,celle qui a subi le plus, les répressions de Bourguiba et Ben ali réunis et qui s'est dressée contre eux;

Cependant,Il n'est nullement le représentant de l'islam,et d'ailleurs,il ne s'en réclame pas en tant que tel,(cela est du ressort des exégètes reconnus et compétents en la matière et apolitiques).

 

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 17:32

.حرية التعبير عبر النت هي السلطة المضادة الوحيدة التي نمتلكها

 

أغلب الصحافيين والقادة من المسئولين السياسيين لا يفعلون غير تطبيق الأوامر كما عهدناهم من قبل


الجديد في الأمر هو إدارة حرية التعبير التي لم يتعودوا عليها و التي تقلقهم و تضعفهم أمام الرأي العام، لهذا من واجب كل مستعمل للانترنت استغلال هذه الحرية المتاحة للتنبيه بجدية و بطريقة مدروسة على كل ما هو مغالطة و مرفوض


إن الثورة تبدأ الآن، ذلك أن ما عشناه لم يكن إلا انتفاضة تفتقد الاستقلالية بل مسيرة من طرف القوى الأجنبية التي غيرت استراتيجياتها تجاه البلدان العربية


و ليس في وسع هذه القوى إلا استعمال البنى الموجودة أي التي كان يستعملها الدكتاتور السابق


و الآن فان حرية التعبير على النت هي السلطة المضادة الوحيدة التي نمتلكها من اجل إحباط توجهات قوى الشر و أذنابهم


وهذه السلطة المضادة هي التي ستوقظ الرأي العام و تؤسس لثورة حقيقية شرط أن تستعمل بنزاهة و بطريقة سليمة


و لا شك أن الثورة إذا كانت حقيقية ستكنس الهياكل القديمة وتقصي جميع الدجالين


شهاب الدين النيفر

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 23:21

 

لا بد من مراقبة مالية


النظام المافياوي تم وضع آلياته بعد فترة وجيزة من تسمية الهادي نويرة كوزير أول، ذلك أنه في هذه الفترة بدأت بلادنا بالتداين و بتوزيع رؤوس أموال بفوائد ميسرة على زمرة من " المختارين" دون مقابل، و تمت مصادرة أراض ثم بيعت بأثمان بخسة لهؤلاء " المختارين" و توج كل ذلك بغلق الحدود حتى يتسنى لهم تحقيق مرابيح كبيرة في سوق يسيطرون عليها بالكامل


تم لهم ذلك و أكثر منه استيلاؤهم بطرق غير مشروعة و إجرامية على أصول تجارية ترجع للدولة و بالتالي لكل التونسيين

 

و كانت هذه حال ما يسمى بالصناعة، أو ما أطلق عليه صناعة " مفك البراغي" (حتى لا نخرج عن إطار التركيب) و السياحة: و سمي هذا النظام بالليبرالي كما سمي " المختارون" ب" قادة الصناعة " وهو نظام استنسخ عن مثيله في جزيرة صقلية حيث تحكم المافيا و حيث يتم كل شيء " وفق التراتيب" وبذلك كانت جميع إعانات الحكومة الايطالية تحط بقدرة قادر في خزائن الشركات الخاضعة لمراقبة المافيا


بداية من موفى سنة 1987 و تحت حكم بن علي ، تم العفو عن جميع رجال أعمالنا المهمين الذين تحصلوا من قبل على كل ما أرادوا من الدولة و تهربوا من دفع الضرائب المستوجبة عليهم بحكم المرابيح الطائلة التي حققوها. و عوض أن يتم القبض عليهم ويقدموا للمحاكمة، خير منقذنا صاحب السابع من نوفمبر العفو عنهم و أن يتزعم معهم شبكة مهمتها التفويت بأسعار بخسة في الشركات التابعة للدولة (مستعينين في ذلك بإعلانات بيع عمومية مزورة


و ازدادت وتيرة الفساد تسارعا بظهور الطرابلسية الذين استفادوا من تعاون وتجارب خبراء الانحراف الاقتصادي أي "المختارين" من زمن نويرة و الذين أصبحوا حلفاء لهم. و هم إلى اليوم يسيرون بطريقة غير مباشرة الممتلكات التي اقتنوها بطرق غير شرعية


و اليوم لا تملك الدولة إلا شركات خاسرة، يعمل فيها جيش من الموظفين و بالتالي هي غير قابلة للبيع

و من هنا كان لا بد من برمجة رقابة مالية تعيد للدولة ما نهب منها و تسلط على الذين سلبوا التونسيين ثرواتهم ما يستحقون من عقوبات مالية و جزائية


شهاب الدين النيفر

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 23:30

Le système Mafieux a été mis en place peu de temps après la nomination de Hédi Nouira en qualité de 1er ministre, c'est à cette époque que notre pays a commencé à s'endetter et à distribuer à des "élus" des capitaux à taux bonifiés sans apport personnel, des terrains confisqués et vendu à ces "élus" pour une bouchée de pain, le tout couronné par la fermeture des frontières pour leur assurer un marché captif afin qu'ils agissent en situation de monopole avec des produits à un rapport qualité/prix indécent, cela quand ils ne se sont pas appropriés, de façon frauduleuse et criminelle les fonds de commerce de l'état, propriété de tous les Tunisiens.

 

Ce fut le cas pour la pseudo-industrie, l'industrie dite de "tournevis"(que du montage et encore) et le Tourisme : ce système fut baptisé libéral et les "élus" dénommés "capitaines d'industrie", système copié/collé à celui de la Sicile où règne la vraie Mafia et où tout se fait en "conformité avec les règlements ";  ainsi, tous les subsides de l'état Italien tombent uniquement, comme par miracle, dans les caisses des sociétés contrôlées par la Cosa Nostra.

 

A partir de fin 1987, et sous le règne de Ben Ali, nos "valeureux" hommes d'affaires qui obtenaient tout de l'état auparavant, tout en dissimulant le plus gros de leurs bénéfices, au lieu d'être épinglés par le fisc et jugés, notre sauveur du 7 novembre les avait amnistiés et avait organisé avec leur complicité le bradage (avec des appels d'offres publics truqués) de nos sociétés d'état bénéficiaires, que l'on désigne par "les bijoux de famille d'un état".

 

Le rythme s'est fortement accéléré avec l'arrivée des Trabelsi, avec la connivence et "l'expérience malsaine" des spécialistes de la délinquance économique que sont les anciens "élus" de l'ére Nouira, devenus les alliés des Trabelsi, et qui gérent à ce jour,indirectement leurs biens "mal acquis".

 

Et aujourd'hui, l'état ne possède que des sociétés d'état déficitaires, au personnel pléthorique, et par conséquent invendables.

 

C'est pour cela qu'un audit financier s'impose pour rendre à l'état ce qui revient à l'état, et infliger à ceux qui ont dépossédé les Tunisiens de leurs richesses, les sanctions financières et pénales prévues par la loi.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 11:05

Leçon de libéralisme:

La crise des ânes


S'indigner, c'est vouloir redonner sens à la vie, à sa vie.


La crise des ânes

Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village.

Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu'il achèterait
cash 100euros l’unité tous les ânes qu'on lui proposerait.

 Les paysans le trouvaient bien peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie.

 Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 €par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes.

 Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu'il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu'il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village.

Le lendemain, il confia à son associé le troupeau qu'il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400€ l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent

Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaire s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois  se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés.

Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser
leur emprunt.


Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune.

Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint, soit dit en passant. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du sur endettement.


Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge parles taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.

Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on  augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ces scandaleux commerce des ânes.

Cette bien triste histoire prend tout son sel, quand on sait que le
banquier et les deux escrocs sont frères et vivent ensemble sur une île des
Bermudes, achetée à la sueur de leur front.

 On les appelle les frères Marchés.

Très généreusement, ils ont promis de subventionner la campagne
électorale des maires sortants.

Cette histoire n’est toutefois pas finie car on ignore ce que firent les
villageois. Et vous, qu’auriez-vous fait à leur place ? Que ferez-vous ?


L'islam interdit formellement la spéculation!!!

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 21:50

La majorité journalistes et les responsables politiques aux commandes sont aux ordres comme il l'étaient auparavant.


La nouveauté,c'est la gestion de la liberté d'expression à laquelle ils ne sont pas habitués à gérer qui les gêne et les affaiblit auprès de l'opinion publique,c'est pourquoi le devoir de tout internaute est d'exploiter ce créneau en alertant de façon sérieuse et raisonnée tout ce qui est faux et blâmable.


La révolution commence aujourd'hui,car ce que que nous avons vécu était une révolte assistée et canalisée par les puissances étrangères pour cause de changement de stratégie vis à vis des pays Arabes.


Ces puissances n'avaient pas d'autre choix que d'utiliser des structures existantes,c'est à dire celle de l'ancien dictateur.


Pour le moment ,la libre expression sur le net est le seul contre-pouvoir dont nous disposons pour contrecarrer les desseins des forces du mal et de leurs sbires et c'est ce contre-pouvoir,s'il est honnête et bien manié,qui éveillera l'opinion publique et jettera les bases d'une vraie révolution.

 

Et une vraie révolution balayera à coup sûr les anciennes structures et écartera tous les imposteurs.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 15:24

الكنيسة هي من مّول كتاب الطاهر الحداد

·       كتاب الطاهر الحداد الذي هو مصدر مجلة الأحوال الشخصية تم إعداده بالخارج و الكنيسة مّولته عن طريق الأب سلاّم  فحين طلب السيد الصنادلي صاحب المطبعة المشرفة على طباعة الكتاب ضمانا ماليا من الطاهر الحداد قام رجلا دين مسيحيان بتسليم المبلغ المطلوب: سلام و فوكة.    

 

·       لكن في النهاية تم طبع الكتاب في مكان آخر (انظر شهادة الشيخ محمد صالح النيفر في لقاء مع مجلة "حقائق" عدد 218 بتاريخ  20 -26 أكتوبر 1989) : مقالي بعنوان "تصريحات الشيخ محمد صالح النيفر سنة  1989 " المنشور على صفحتى الالكترونية بتاريخ 13/2/2011  

 

·       و الملاحظ أن طابور المأجورين من التونسيين الذين يخدمون أعداء الإسلام يتتابعون و يتشابهون لكن أجندة سادتهم لم تتغير منذ أكثر من قرن. 

 

·      لكن و الحمد لله يبدو أن بلادنا مشمولة بلطف خاص من الله إذ لم تفلح القوى المتآمرة على الإسلام في بلوغ أهدافها و شبابنا يبدون اليوم مقاومة لهذه المؤامرات تشرف شعبنا

 

·      ونعتقد أن الفريق التائه من شبابنا نتيجة تأثير و دعاية الخونة سيرجع ان شاء الله إلى جادة الطريق بفضل حملاتنا الإعلامية و التربوية المتواصلة ذلك أن الكذب لا يمكن بحال أن يعلو على الحقيقة .

 

·     .

 

شهاب الدين النيفر

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0