Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 23:30

Le système Mafieux a été mis en place peu de temps après la nomination de Hédi Nouira en qualité de 1er ministre, c'est à cette époque que notre pays a commencé à s'endetter et à distribuer à des "élus" des capitaux à taux bonifiés sans apport personnel, des terrains confisqués et vendu à ces "élus" pour une bouchée de pain, le tout couronné par la fermeture des frontières pour leur assurer un marché captif afin qu'ils agissent en situation de monopole avec des produits à un rapport qualité/prix indécent, cela quand ils ne se sont pas appropriés, de façon frauduleuse et criminelle les fonds de commerce de l'état, propriété de tous les Tunisiens.

 

Ce fut le cas pour la pseudo-industrie, l'industrie dite de "tournevis"(que du montage et encore) et le Tourisme : ce système fut baptisé libéral et les "élus" dénommés "capitaines d'industrie", système copié/collé à celui de la Sicile où règne la vraie Mafia et où tout se fait en "conformité avec les règlements ";  ainsi, tous les subsides de l'état Italien tombent uniquement, comme par miracle, dans les caisses des sociétés contrôlées par la Cosa Nostra.

 

A partir de fin 1987, et sous le règne de Ben Ali, nos "valeureux" hommes d'affaires qui obtenaient tout de l'état auparavant, tout en dissimulant le plus gros de leurs bénéfices, au lieu d'être épinglés par le fisc et jugés, notre sauveur du 7 novembre les avait amnistiés et avait organisé avec leur complicité le bradage (avec des appels d'offres publics truqués) de nos sociétés d'état bénéficiaires, que l'on désigne par "les bijoux de famille d'un état".

 

Le rythme s'est fortement accéléré avec l'arrivée des Trabelsi, avec la connivence et "l'expérience malsaine" des spécialistes de la délinquance économique que sont les anciens "élus" de l'ére Nouira, devenus les alliés des Trabelsi, et qui gérent à ce jour,indirectement leurs biens "mal acquis".

 

Et aujourd'hui, l'état ne possède que des sociétés d'état déficitaires, au personnel pléthorique, et par conséquent invendables.

 

C'est pour cela qu'un audit financier s'impose pour rendre à l'état ce qui revient à l'état, et infliger à ceux qui ont dépossédé les Tunisiens de leurs richesses, les sanctions financières et pénales prévues par la loi.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mohamed Kchouk 08/07/2019 10:45

Depuis l'indépendance,le népotisme battait de l'aile en grande envergure,les sympathisants furent très gratifiés,l'évacuation agraire supposée,permit à des proches du fief du dictateur de devenir malgré eux de grands propriétaires aux mêmes cinq cent hectares,les licences de toutes sortes et autorisations n'étaient profitables qu'aux hypocrites du parti unique;et l'injustice régna,au devenir d'aujourd'hui !

Ennaifer Chiheb 04/05/2015 08:55

Si Nguira, il fallait dire: le règne dictatorial de Bourguiba plutôt que le règne glorieux. N'a-il pas accaparé tous les pouvoirs, instauré le stalinien parti unique et réprimé dans le sang les manifestants lors de divers conflits sociaux et estudiantins à l'aide de son sanguinaire lieutenant Ben Ali ? N'est-ce pas le même Bourguiba qui a nommé Ben Salah et cautionné son programme collectiviste avant de le sacrifier ? Et enfin, quand à l'ére Nouira, je ne dénigre pas le personnage mais le système mis en place qui est à l'origine de l'endettement de l'état au profit de capitalistes ´´élus'´ mais sans capitaux; aussi, les propos de mon article sont justes et justifiés par les faits et une analyse rigoureuse démontrerait aisément que la majorité de ceux qui se sont enrichis aux dépens de l'état et des classes laborieureuses ne sont ni méritants et ni honnêtes.

Nguira Ahmed 03/05/2015 19:47

ces propos sont injustes et injustifiés et ont une connotation de dénigrement qui révèle probablement une volonté de règlement de compte de la part de certains qui tentent d'affranchir le régime de Zaba et avant lui celui de Mzali et ses conneries ou bien d'autres qui cherchent à atteindre le glorieux règne de BOURGUIBA . Dire cela c'est oublié le contexte de l'époque ou nous sortions du collectivisme totalement lessivés et décrédités par tous et qu'il fallait tout reconstruire tout repenser et s'il n'y avait pas eu des gens probes,intègres et valeureux comme Hedi Nouira, Mestiri Lasrem,Moala Ben Osmen,Horcheni, Sfar,Zouaoui ,qui ont sauvé la baraque en corrigeant et reformant l'oeuvre de Ben Salah nous n'en serions pas là ,Il ne faut pas oublier que le Tourisme, l'industrie que vous appelez à tort "tournevis" (STIA,STIL, STIR, STD, Fouledh, Sogitex Enaser,Halfa, sucrerie,Montage de télévision et réfrigérateur ...) ont été inauguré pendant l’ère de la collectivisation . Les années Nouira étaient salutaires pour tous bénis par une bonne pluviométrie et la découverte de gisements de pétrole et de gaz . L'économie s'en est remis assez rapidement et tout allait pour le mieux comparativement aux autres pays de la région qui en étaient jaloux . Bien sure il y a eu des crises qui étaient conjoncturelles ou exogènes mais Nouira n'y était pour rien ...

ghazi 12/03/2014 10:33

baraka allahou fik ,c est l amère vérité