Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 20:30
En parlant d'adultère et ses victimes que sont les femmes adultères et leurs enfants dits "naturels" (appelés "malaquits"), est-ce que les lois du code du statut personnel de Bourguiba, que tout le monde s'accorde à dire qu'elles avantagent et protègent les femmes, protègent la femme adultère et l'enfant naturel né de la liaison adultère?

 La réponse est non.

 Par contre, la loi divine défend le droit de l'enfant innocent et de sa mère, en obligeant l'homme marié qui a commis une erreur -l'adultère- à réparer cette faute en reconnaissant la femme et l'enfant avec leurs droits de filiation, d'héritage et leur prise en charge matérielle, officialisés par un acte de mariage: c'est ce qu'on appelle la polygamie, qui n'est en réalité que la prise en compte de façon pragmatique d'une réalité que la loi hypocrite du CSP ignore, ainsi que ses conséquences néfastes pour les victimes (la femme et son enfant) et par ricochet pour la société.

En Algérie où la polygamie est autorisée, seul un pour cent des hommes mariés sont polygames et le pourcentage devait être à peu près le même dans notre pays avant la promulgation du CSP.

La polygamie doit être considérée comme une réponse pratique et juste pour les situations exceptionnelles.

En appliquant les lois de Dieu, l'homme qui a commis l'adultère est dans l'obligation d'assumer ses responsabilités. Libre à lui de demander le divorce de la 2ème femme, et libre à sa 1ère femme, d'après la jurisprudence musulmane, d'accepter ou de refuser cette situation; en cas de refus, son divorce lui est accordé d'office.

Quelle est la meilleure solution ? La loi de Bourguiba où règne l’hypocrisie et l'injustice, ou bien celle de Dieu ?

Vos commentaires sont les bienvenus.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ben M'rad Sofiane 14/05/2014 22:20

Analyse intéressante, c'est bien vu. Evidemment que la loi divine est juste, juste et équitable surtout.

Halek Wided 07/06/2012 13:33


bonjour monsieur,


j'ai bien l'impression que vous parlez du mariage, cette union sacrée, comme si c'était de la charité.. 


Je pense que la relation amant-maîtresse  est généralement bien définie à l'avance (relation hors mariage sans promesse d'union civile) et si on suppose que c'est un contrat verbal entre les
deux acteurs, ça veut dire que madame doit assumer sa part de responsabilité..